Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 23:15

Béatrice et Marc, respectivement marraine et parrain de la petite Dolma, 9 ans, et Padma, 4 ans, ont rendu visite à leurs filleuls dans le village de Sannit en janvier. Ils ont partagé leur temps entre les deux familles, à quelques kilomètres de Dha. Béatrice a la gentillesse de nous faire partager leurs rencontres. 

(Album-photos en fin d'article)

 


A notre arrivée à Leh, un petit souci : personne à la chambre d'hôte que Mr Subhan, le correspondant local de l’association, nous avait réservée. Elle est fermée... et pas de Mr Suban ... Nous apprenons que ce dernier est à Jammu (les habitants de Leh qui peuvent se le permettre quittent la région au plus fort de l’hiver et partent passer plusieurs semaines à Jammu où les températures sont plus clémentes).


Nous avons donc sonné à une porte espérant que quelqu’un nous aiderait... Nous avons fini par avoir Mr Subhan au téléphone ; nous n’avions pas de forfait téléphonique indien, un habitant très gentil connaissant le fils de Mr Subhan a prêté son téléphone. Il nous a dirigés vers une guesthouse normalement fermée : Nacil, son propriétaire, a accepté de nous ouvrir une chambre glacée...

 

0000038714-la-rue-principale--LEH.JPG

A Leh, guère de monde, la majorité des restaurants et des hôtels étaient fermés mais au moins, c'était  authentique. Dans la chambre le matin, - 5 degrés après 2h de chauffage avant de dormir! Tout est gelé, pas de sanitaire, ni de salle de bain...j'avais des lingettes bébés, heureusement ça dépanne! Les WC à l’indienne, on y traînait pas, à - 25 degrés dehors!!!


Nacil nous a dit qu’il fallait un permis pour aller à Dha.  Le bureau du gouvernement ne voulait pas nous l’établir car il faut passer par une agence de tourisme. Heureusement, nous sommes tombés sur un indien très instruit (il travaillait chez Mi
0000038714-avant le d+®part du buscrosoft) et très sympa! Il partait avec deux parisiens faire un trek dans la région de Dha, il nous a emmenés pour faire les papiers avec ses touristes. Après plusieurs agences (beaucoup étaient fermées), il en a trouvé une qui a accepté de nous établir le document. Ensuite nous sommes retournés au bureau du gouvernement et on a eu un permis commun, on a fa it des photocopies et remercié Jigmet. 

 

Le lendemain nous avons pris le bus à 9h à Leh, direction Dha. Nous sommes arrivés à 17h, c'était long, nous étions totalement gel és...  Le bus fonçait à travers les cascades gelées, la route défoncée. Il y a eu un contrôle de papiers d’identité une fois, vers midi.

 

Mr Subhan avait prévenu les familles de notre venue. Arrivés sur place, le père de Tsering Dolma nous attendait pour nous emmener de Dha à Sannit. Quelle joie d'être accueillis! On a grimpé la montagne, le souffle court. Et là haut, toute la famille nous attendait. On a reçu une « khatak »,  écharpe blanche, en signe de bienvenue...c'était émouvant! J'ai aperçu Dolma toute timide.

 

0000038714-Chez-Dolma.JPG


Il nous ont fait assoir, couverts de chaudes couvertures près du poêle et offert du thé ladakhi (c’est horrible, du thé salé, au beurre …beurk !!!). Après plusieurs tasses, j'ai fini par avouer que je préférais le black tea (trop peur de vomir).

 

Séance cadeaux. On a passé la soirée en famille, mangé ensemble près de la cuisine... c'était super! Ca pue le beurre rance, il y a plein de fumée dans la pièce... mais l'ambiance est chaleureuse. Tout le monde est super sale! Le froid n'aide pas à l'hygiène. Enfin, les enfants perdent de leur timidité, on a ramené des ballons, ils jouent tous, on fait avec eux une bataille de ballons...

 

Ensuite séance « devoirs d’école » où nous les aidons : ils sont très disciplinés et intéressés. A partir d’une certaine heure, il n’y a plus d’électricité le soir, ils nous préparent donc un lit avec des couvertures chaudes et toutes neuves dans le "salon". Une bonne nuit de sommeil nous attend : j'ai prévu des bouillottes et avec les couvertures, on a bien chaud.

 

0000038714-chez-Padma.JPG 

 

Le lendemain, on part dans la famille de Padma. Même accueil chaleureux, « khataks » et colliers de fleurs séchées. On voit que chez Padma, c'est plus modeste encore que chez Dolma. Séance thé, cadeaux...comme chez Dolma. Je montre mon petit livre avec les photos d'«Alfred aux quatre coins du monde » (Alfred est la peluche que j’emmène avec moi dans tous mes voyages). Cela fait un super effet, toute la famille se le prête! Les ballons font plaisir aussi.... Marc a offert un set de cricket à Padma : ce dernier est tout heureux. Il fait beau, grand soleil sur la terrasse, on profite, avec les enfants, de l’extérieur. Ensuite on mange en famille, riz et dal.

 


L'après-midi on quitte la famille pour aller avec le père de Padma et Dolma au monastère de Dha qu’ils font ouvrir pour nous. En soirée, surprise, on rencontre Jigmet et ses deux français qui repartent le lendemain. On organise donc un retour commun en minibus le lendemain matin. Nous rendons ensuite visite à la tante de Dolma qui a une guitare. Marc joue quelques airs et la tante nous prête la guitare pour la soirée.

 

0000038714-petite-f--te.JPG


Dernière soirée en famille chez Dolma. Un peu de guitare, les enfants chantent, on fait des photos de groupe... La mamie m’offre le chapeau et la tenue traditionnelle. Je suis très émue. Dernière soirée calme.

 

Le lendemain les garçons nous raccompagnent au lieu de rencontre avec Jigmet. Avant de partir nous rencontrons également Yangchen Dolma, parrainée par mon amie Véronique, qui s’est déplacée de son village de Garkhon pour faire notre connaissance. Je prends des photos pour Véronique : elle va être contente !!

 

Beaucoup d’émotion de part et d’autre au moment de se quitter. Nous repartons heureux d’avoir pu partager ces quelques jours avec nos nouveaux amis du bout du monde, en nous promettant de revenir leur rendre visite le plus vite possible.

 

Jullay jullay ! See you again soon !
Béatrice

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos parrainages
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 14:27

Le projet Handimachal pour enfants handicapés a souvent eu l'honneur de la presse locale à Kullu, ce qui est primordial pour faire découvrir nos services aux familles de la vallée et sensibiliser les responsables locaux. 

 

Cette semaine, pour la première fois je pense, la presse nationale indienne s'est fait l'écho des efforts déployés par notre association, notre équipe et nos amis sur place : voici l'article paru dans le journal "The Tribune" le 15 février.

 

Je n'ai pas encore eu le temps de le traduire en français, cela sera fait prochainement. Je vous livre donc le texte original en anglais, ce qui me donne l'occasion de remercier une fois de plus tous les bénévoles et donateurs qui ont fait de ce projet, depuis bientôt trois ans, une réalité.

Dominique Dufau

 

 

Vous pouvez cliquer sur l'image pour accéder à la coupure de presse
ou bien lire le texte sur le site internet du journal:
http://www.tribuneindia.com/2012/20120215/himplus.htm#7

 

Handimachal---The-Tribune-15-Feb-2012.jpg

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos projets
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 11:02

Chers adhérents, parrains, amis et soutiens des associations La maison des Himalayas et Handimachal,
 
Nous avons le plaisir de vous communiquer les informations pour nos prochaines rencontres :


 
Bordeaux : samedi 11 février à 12h30
Restaurant Punjab, 39 rue Saint-Rémy
Présence à confirmer avant le mercredi 8 février soir
 
Nîmes : samedi 25 février à 12h30
Restaurant Ganesh, 32 rue Porte de France
Présence à confirmer avant le mercredi 22 février au soir
 
Paris : samedi 10 mars à 19h30
Restaurant Lithang, 318 rue Saint-Jacques (5ème arr.)
Présence à confirmer avant le mercredi 7 mars au soir

Echanges sur les parrainages et les divers projets de nos deux associations
Repas à la charge de chacun (autour de 11-12 euros)

Merci de bien vouloir indiquer le nombre de personnes à Dominique
(domidufau@free.fr ou 06 79 11 02 23)


A bientôt

Dominique Dufau / Aline Duvicq

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Réunions association
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 09:16

Le mardi 25 janvier, une petite cérémonie a été organisée à l’Institut pour remettre à Gérard Denis, membre depuis 20 ans de la Maison des Himalayas, l’enveloppe contenant la somme de 265 € récoltée par les élèves.

L’action a été coordonnée par Gilbert Pérès (sur la photo avec Gérard Denis) avec les classes de BTS1, BTS2, terminale STAV et les deux terminales pro agri. Cette remise s’est effectuée en présence de Monsieur Jean-Luc Leterme, Directeur de l’Institut.

0000032560-P1010003.JPG 

L’Institut a en effet renouvelé, pour ce nouveau projet de développement rural à Kuch (Népal), le partenariat qui existait avec la Maison des Himalayas pour le « Dairy Goat Project ». On ne change pas une équipe qui gagne !

J. Denis, responsable du projet « Lumières sur Kuch »
jode185@aol.com

Tout savoir sur le projet "Lumière sur Kuch" : ici

0000032560-P1010006

Et bon début de retraite à notre ami Gérard !

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos projets
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 20:32

Nous avons le plaisir de vous faire partager cet article paru dans le journal "La voix du Nord", portrait de Jean-Marc Delespaul, adhérent de notre association et parrain de longue date.

Bravo Jean-Marc, et merci au Népal de nous offrir de telles aventures humaines !

 

(cliquez sur l'image pour agrandir l'article)

 

JM-VDN-Nepal-medium.jpg

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos parrainages
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 00:11

2011 : une année où les Dardes ont plus que jamais eu besoin de notre aide. Un grand merci à tous ceux et à celles qui nous ont soutenus dans nos actions.

 

Ne manquez pas nos diaporamas en fin d'article !

 

L’orage du 5 août 2010 et les précipitations exceptionnelles sur la vallée de l’Indus au mois d’août 2010, largement relatés par les média à travers le monde, ont causé de graves dégâts au Ladakh, et chez les Dardes en particulier à Beema où l’Indus est sorti de son lit, emportant tout sur son passage, et à Hanu où une dizaine de maisons furent englouties par une immense coulée de boue. En février 2011 le village de Garkhon fut frappé par une nouvelle catastrophe qui fit quatre victimes, deux enfants et deux adultes : un énorme rocher s’est détaché de la montagne fragilisée par les pluies diluviennes de l’été, détruisant deux maisons. La maison des Himalayas a pu financer la reconstruction complète ou partielle de sept habitations ou bâtiments à Dha, Beema et Garkhon et venir en aide aux deux familles sinistrées de Garkhon, soutenue dans cette action par notre ami Claude Gouron, voyageur et photographe, qui a très généreusement reversé une partie des bénéfices des ventes de son magnifique livre de photos « Vingt jours au Ladakh » à notre association.

 

0000022784-P1030464.JPG

En juillet dernier les traces des catastrophes de l’été précédent, terres emportées par l’eau et maisons détruites, étaient encore partout visibles au Ladakh. Les reconstructions étaient souvent en attente car la pénurie de matériaux et de main d’œuvre a fait flamber les prix. Dans les villages Dardes, certains travaux ont commencé mais pas pour tous les bâtiments. C’est à Hanu, où une dizaine de maisons ont disparu, que l’organisation semblait être la plus efficace et l’aide du gouvernement plus présente : les familles avaient été relogées dans des « Algeco », des terrains trouvés pour les reconstructions, et les travaux des fondations avaient débuté.

 

Actuellement l’association a réussi à faire face aux principaux besoins, sauf pour trois familles, une à Hanu, une à Dha et une à Gharkon qui n’ont pas pu terminer leurs travaux et pour lesquelles nous nous efforcerons de trouver un complément de financement après l’hiver.

 

Un grand merci également à nos amis Philippe et Annie Van Der Smissen, grands voyageurs et passionnés de l’Inde (cf article sur notre blog à propos de leur action) qui, grâce à leur participation à des expositions de photos et à la vente de cartes postales réalisées à partir de leurs photos de voyage, ont pu financer des revêtements de sol pour trois salles de classe de l’école de Hanu Gongma. Les écoles de Hanu, plus isolé que les villages de la vallée et dans lequel La maison des Himalayas n'a commencé à intervenir que récemment, ont besoin de tapis de sol afin que les enfants soient mieux protégés du froid pendant l'hiver. Hanu est situé à 3500 m d'altitude, l'hiver y est très long, avec des températures moyennes de -15°C pouvant descendre à -25°C voire -30°C. Ni les classes ni les maisons ne sont chauffées. Les élèves ont l’habitude de travailler assis en tailleur sur le sol. Nous avons proposé aux enseignants d'acheter des tables et des chaises mais ils n’ont pas retenu notre suggestion, expliquant que les enfants sont moins exposés au froid l’hiver lorsqu’ils s’assoient en tailleur. Par ailleurs, dès qu’il fait meilleur, ils s’installent à l’extérieur où la température est moins basse que dans les salles de classe. Notre objectif est donc de réussir sous peu à acheter des tapis de sol pour toutes les classes afin de permettre aux enfants de travailler dans des conditions un peu plus confortables, un projet qui est en bonne voie grâce à la générosité de Philippe et d’Annie.

 

0000022782-P1010574_modifi---1.jpg

 

Les plus jeunes ont également fait preuve d’une grande solidarité avec leurs petits camarades de l’Himalaya : les enfants du catéchisme de Berthen ont avec leur professeur Véronique Copin organisé un goûter au profit des écoles Dardes, une action dont les bénéfices ont permis d’acheter des fournitures scolaires pour les écoles de Dha, de Lastang et de Baldesh. Ils ont également envoyé des dessins aux écoliers Dardes qui étaient très émus de recevoir ces cadeaux du bout du monde. Ils demandaient à ce que le prénom de l’enfant dont on leur remettait le dessin leur soit lu et les petits messages traduits. Ce qui était surprenant, c’est que les filles voulaient avoir un dessin de fille et les garçons un dessin de garçon ! Tous remmenèrent néanmoins très fièrement chez eux leurs dessins qui furent aussitôt accrochés aux murs, et à leur tour, ils ont saisi papier et crayons afin de réaliser des dessins pour leurs nouveaux amis du nord de la France.

 

0000022781-P1030154.JPG

 

Les étudiants du Département Gestion des Entreprises et Administrations de l’IUT de Calais se sont à nouveau mobilisés cette année pour nous aider à subvenir aux besoins des écoles Dardes. Organisant des ventes d’artisanat, une tombola et de nombreuses autres actions, ils nous ont permis de financer des achats de matériel éducatif et des réparations à la petite école de Lastang. Le groupe en charge des actions pour cette année universitaire 2011-2012, à nouveau très motivé, a pour projet supplémentaire d’aider à financer les études de Rigzen Chorol qui a été très brillamment reçue 1ère de la province du Jammu-et-Cachemire aux épreuves de 12th class (équivalent du baccalauréat) en mathématiques et science. Rigzen est l’aînée d'une famille de 6 enfants habitant Hanu, très pauvre, qui ne pouvait bien évidemment pas financer ses études à l’université. Un bel exemple de solidarité et de partage de la part de nos étudiants avec cette jeune Darde.

 

Citons enfin les Compagnons Scouts d’Evreux qui ont aidé cet été à Dha notre ami Lundup à poursuivre son projet de fabrication de confitures d’abricots et de tomates vertes. Depuis l’année dernière La maison des Himalayas apporte son soutien à ce projet de micro-entreprise, permettant aux Dardes de valoriser leurs productions de légumes et de fruits d’une qualité unique et réputée dans cette région du Cachemire.

 

Nous transmettons les immenses remerciements de nos amis Dardes à tous ceux et à toutes celles d’entre vous qui soutiennent nos actions dans leurs villages et nous permettent d’y poursuivre notre aide.

 

0000022791-P1030260.JPG

 

Un grand merci à vous dont la grande générosité, les dons et les parrainages nous permettent d’assurer le bon fonctionnement des écoles et d’offrir à tous une vraie scolarité.

 

Nelly Gest - email:  nelly.gest@laposte.net

 


 

Remise de l'argent des parrainages
au cours des visites d'avril 2010 et juillet 2011 chez les Dardes,
suivie d'une fête improvisée pour vous remercier à tous !

 

 


Visite des écoles des villages dardes
soutenues par La maison des Himalayas
et
préparation des dessins par les enfants dardes,
en réponse aux dessins des enfants de Berthen

 

 

 


Découverte des villages Dardes :
Dah, Hanu Gongma, Lastang, Baldesh, Samit

 

 

 


Juillet 2011 : retour dans les villages Dardes
touchés par les coulées de boues (août 2010) et
l'effondrement d'un rocher (février 2011) :
Hanu Yokma (village du bas) et Hanu Gongma, Garkhon
Avancement des travaux de reconstruction

 

 

Photos de Nelly Gest



 

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos association
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:33

Voici le récit d'un couple de parrains belges, Philippe Van Der Smissen et Annie Martin, qui se sont rendus chez nos amis dardes cet été afin de rencontrer leur filleule, Dawa Dolma, mais également apporter les fonds qu'ils ont pu récolter en Belgique avant leur départ. Un grand merci à Philippe et Annie !  

 

Eté 2011, nous voici repartis au Ladakh avec le projet d’y rencontrer notre filleule Dawa Dolma à Garkhon, un des derniers villages Dardes avant la frontière pakistanaise. A Leh, après une rencontre chaleureuse avec M. Subhan qui coordonne le projet sur place, nous prenons un bus local à destination de Garkhon (une journée pour environ 170 km). En arrivant sur place, avant même le dernier arrêt du bus, Dawa Dolma monte et se présente : le tam tam local a bien fonctionné, elle était prévenue de notre arrivée!

 

Elle nous conduit vers sa modeste maison, où elle vit avec sa tante Tsering. Pas question de refuser l’hospitalité, malgré les craintes du voisin (d’un milieu plus aisé) face au manque de confort, et nous nous installons dans l’une des deux pièces sur les tapis. Grâce au même voisin, nous pouvons communiquer en anglais car Dawa Dolma est scolarisée depuis peu de temps et ne maîtrise pas encore la langue. Notre fille Julie (5 ans ½) trouve vite des petits camarades de jeux dans le quartier. Nous sommes un peu l’attraction du moment, mais le soir tombant nous pouvons retrouver Tsering autour de la préparation du souper et, malgré une gêne vis-à-vis de nous, la confiance s’installe progressivement.

 

0000017285-DS5 0517 r+®duc  0000017285-DS5 0417 r+®duc
   

 

Le lendemain, nous partons à l’école avec Dawa Dolma. Nous découvrons les classes, les enfants, le manque d’équipement visible à l’œil nu, un directeur  présent et accueillant. S’il est difficile de porter un jugement sur la qualité de l’enseignement (la formation pédagogique des professeurs n’est pas une priorité, loin s’en faut), nous avons pu observer la motivation et l’enthousiasme des enfants, leur sourire en dit long !


En traversant le village à pied sur la route du retour, nous commençons déjà à être reconnus, les contacts s’établissent très vite. Nous sommes invités à prendre le thé ici et là, d’un champ on nous interpelle pour venir voir les travaux d’été… Des sourires, une curiosité réciproque, une envie d’échanger… il règne une joie de vivre en toute simplicité à travers les gestes de la vie quotidienne. Les abricotiers ploient sous la quantité de fruits, partout on cueille, on fait sécher sur les toits, on casse les noyaux, on récolte des légumes, on coupe l’orge… C’est l’été, on sent que les habitants ont du plaisir à travailler à l’extérieur, la belle saison est tellement brève !

 

Après trois jours passés en compagnie de Dawa Dolma et de sa tante, la timidité des premières heures s’est transformée en échanges joyeux et chaleureux ! Nous repartons les bras chargés de présents : abricots, huile… et en sus quelques puces qui nous tiendront compagnie jusqu’à la fin du séjour !

 

0000017285-DS5 0426 r+®duc
  0000017285-DS5 0506 r+®duc
   


Action au profit des écoles Dardes

Avant notre départ, nous avions lancé une action « Vente de cartes postales » au profit des écoles des villages Dardes. De retour sur Leh et en concertation avec Nelly Gest de La Maison des Himalayas, avec M. Subhan nous sommes allés déposer l’argent récolté à la banque. L’idée était d’acheter des matelas et tapis de revêtement pour les sols en béton des classes de Hanu et de Baldesh afin que les enfants puissent s’asseoir autrement que sur le béton, en particulier l’hiver où les températures sont très basses. Nous savons maintenant que les achats ont été faits (facture et courrier envoyés par M. Subhan) et que la population est ravie de ce nouvel équipement ! L’action continue… les besoins en matériel dans les écoles sont évidents, nous serons heureux de pouvoir participer modestement à l’amélioration des conditions de vie scolaire des enfants !


Philippe Van Der Smissen et Annie Martin (Belgique)


 

Contact pour les parrainages et l’aide au peuple darde:
Nelly Gest, 20 Quai Andrieux, 62100 Calais - nelly.gest@laposte.net
 


Pour tout savoir sur le soutien au peuple darde:

 http://www.maisondeshimalayas.org/projets/dardes/projet_dardes.html


 


Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos projets
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 20:01

En février 2009, nous mettions en ligne sur notre site internet les premiers éléments de notre projet « Lumière sur Bhajang : projet hydro-électrique de Kuch, petit village népalais ». La première étape de ce projet avait pour un but bien identifié : installer une turbine hydro-électrique pour amener l'électricité au village de Kuch, dans le district de Bhajang.

 

Village-de-Kuch.jpg

 

Kuch turbine actuelleDepuis la dernière visite de Valentin à Kuch en 2008, la turbine qui alimentait le village a été changée (il y a deux ans) par le gouvernement. Elle était de 5,5 kW et elle est maintenant de 7,5 k W, soi t pas beaucoup plus. Il y a eu aussi des travaux pour remplacer les vieux poteaux en bois.

 

Cependant, une partie seulement du village est alimentée en électricité par cette installation, l'autre partie se trouvant plus en hauteur. D'autre part, il existe des brèches dans la conduite d'arrivée d'eau, et le rendement pourrait être amélioré en les colmatant. L'autre gros problème est qu'actuellement, il n'y a pas d'électricité dans la journée car l'eau sert à l'irrigation. Des vannes arrêtent l'irrigation la nuit pour permettre la production d'électricité. Il existe des moulins à grains, dont un seul sur les trois est encore en activité. L'arrivée de l'électricité pourrait permettre de les remettre tous en fonction, ce qui serait intéressant pour le village car une nouvelle route est en construction. Elle sera finie dans 15 mois et elle permettra de désenclaver le village. Il existe aussi des besoins en électricité au niveau de l'école.

 

A l'heure actuelle et compte tenu qu'il n'y a plus d'autre projet d'équipement électrique prévu pour le village, l’aide que nous souhaiterions apporter aux villageois permettrait principalement :

- de colmater les brèches et revoir l'installation de la turbine,

- d’installer un système de vannes pour qu'une partie de l'eau seulement parte pour l'irrigation et pas la totalité,

- d’équiper de batteries le village pour que l'électricité produite la nuit et qui ne sert à rien actuellement, puisse être récupérée le jour,

- d’équiper l'école de panneaux photovoltaïques,

- de prévoir un plan d'équipement en panneaux des maisons sans électricité, pour le futur.

 

Guillaume Lacourt, un jeune étudiant en journalisme, actuellement à Kathmandou, est en ce moment à Kuch avec Jean-Marc Delespaul, pour réaliser un reportage et ramener les réponses à une série de questions techniques listées par Patrick Alleoud, un ingénieur spécialisé dans les petites installations électriques, montagnard des Hautes-Alpes qui connaît bien le Népal. Patrick a déjà rédigé un rapport préliminaire très détaillé qui sera prochainement mis en ligne. Patrick pourrait se rendre à Kuch pendant l’hiver, lorsque sa propre activité en France est stoppée par la neige, afin de finaliser le projet, l’objectif étant de travailler en coopération avec une autre association spécialisée dans ce secteur, type « Electriciens sans Frontières ».

 

D’après les premières informations que nous recevons des deux bénévoles en mission à Kuch, le village ressemblait aux villages du Ladakh il y a vingt ans. Il y a beaucoup de choses à faire, surtout pour l'école qui manque de tout. Il y a un instituteur mais ses connaissances sont très limitées. C'est un village aussi où on pourrait développement le tourisme vert quand la route sera terminée et que les bus pourront arriver facilement.

 

Nous profitons de cet article pour remercier les donateurs qui ont déjà misé sur ce projet. Les besoins en financement, importants, seront chiffrés prochainement et nous fondons de grands espoirs sur ce programme d’aide à nos amis népalais du village de Kuch.


Josette Denis, 19 novembre 2011
(contact:  jode185@aol.com)

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos projets
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 18:42

Cette année encore nous vous accueillerons au
Pavillon Saint-Sauveur

Rue Saint-Sauveur à Lille

les 19 et 20 novembre 2011

pour notre vente annuelle
d'objets et d'artisanat de l'Himalaya
au profit des projets de notre association,

organisée par la Fondation de Lille

dans le cadre de la
semaine de la Solidarité Internationale 2011

 

Voici l'occasion de préparer Noël
de manière solidaire et originale :
venez nombreux !

 

L'équipe de La maison des Himalayas
infos:  Geneviève Dhainne, mail: gdhainne@yahoo.fr

Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Ventes
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 18:18

Times of India, 7 octobre 2011 (traduction)

 

KULLU:  Les éfigies de Ravana, de Kumbhakarna et de Meghnad ont été brûlées et les festivités de Dussehra à travers le pays se sont terminées le jour de Vijjay Dashmi.  Mais le festival historique de Kullu Dussehra, qui durera une semaine, vient de commencer :  le palanquin de Raghunath (Rama) a été traîné par la foule jusqu'au maidan [esplanade] de Dhalpur [quatier central de Kullu] ce jeudi.

Les baldaquins d'environ 250 divinités venues de tout l'Etat d'Himachal Pradesh sont venues rendre hommage à Raghunath, la divinité qui préside Dussehra, et se sont jointes à la grande procession.  Des milliers de dévôts, dont des milliers de touristes nationaux et étrangers, ont envahi l'esplanade et tout le monde ambitionne de toucher et tirer les cordages sacrés attachés au chariot. Le baldaquin de la déesse Hadimba, parti en tête, a ouvert la voie. Tous les membres de la famille de l'ex-Raja de Kullu étaient vêtus de leurs habits royaux pour procéder aux rituels de Dussehra.

Les baldaquins des divinités entouraient le chariot et l'on pouvait voir les spectateurs se dressent sur la pointe des pieds pour tenter d'entrevoir le Raja Maheshwar Singh, le "Chhadivardar" (chef des fidèles) de Raghunath, sur son palanquin royal à côté du chariot de sa divinité tutélaire. La police a eu toutes les peines du monde à contrôler les vagues de la foule car tout le monde souhaitait tirer les cordages du chariot.

Touristes nationaux et étrangers étaient également là en masse. Chaque année ils viennent assister à ce mélange de cultures uniques. Matheus, un touriste brésilien, qui attendait cet événement culturel depuis longtemps, était enthousiaste: "Toutes ces communautés ont leurs propres divinités mais célèbrent ce même festival d'un même élan. Tous les aspects de ces festivités sont lourdes de sens. Je n'ai jamais vu une telle richesse culturelle. J'ai du mal à exprimer mes sentiments. Pour l'instant, je fais mon possible pour enregistrer tout ceci sur mon appareil photo". Adalric, un journaliste allemand, qui était à Kullu pour couvrir le festival, a trouvé une place de choix sur le toît d'un bâtiment afin de réaliser des images parfaites de la procession.

 

Dusshera-news-clipping.jpg

Dans la presse locale, photo de la foule tirant le chariot de Ragunath
lors de l'ouverture du festival de Kullu Dussehra (6 octobre 2011)

 

Les célébrations de Dussehra à Kullu ont eu lieu pour la première fois en 1661 pendant le règne du souverain Raja Jagar Singh. Depuis lors, les représentations de centaines de divinités venues des différents villages de la vallée de Kullu sont amenées ici et le festival dure toute une semaine. Du fait de son caractère unique, Kullu Dussehra fut déclaré festival international en 1972.

A côté des rituels religieux, le festival donne également la possibilité d'assister à un programme culturel international, avec la participation d'artistes de nombreux pays.

Le Gouverneur d'Himachal Pradesh, Madame Urmila Singh, a ouvert le programme culturel sur le Lal Chand Prarthi Kala Kendra [un théâtre en plein air], après avoir allumé les lampes inaugurales. Le festival de Kullu Dussehra, qui symbolise la victoire du bien sur le mal, est marqué par l'assemblée de divinités, prières, processions et programmes culturels mais les effigies de Ravana et de ses frères ne sont pas, ici, mises à feu. Seuls quelques buissons et touffes d'herbes sont embrasés pour symboliser l'incendie de Lanka.

 

Traduction d'un article publié sur le site du Times of India
(article original)

 


Kullu Dussehra, c'est également une foire commerciale très importante et très attendue par la population locale.

C'est aussi l'occasion pour les groupes de pression, partis politiques, associations diverses, de faire passer leurs messages - l'équipe de l'Unité Handimachal est bien entendu mobilisée pendant tout le festival : nous avons loué et aménagé un stand et profitons de l'afflux de la population locale pour distribuer de la documentation sur le stand, mais également dans la foule; les membres de l'équipe, bénévoles (April et Laura) y compris, se relaient sur le stand pour répondre aux questions des visiteurs tout en assurant la continuité des soins au sein de l'Unité Handimachal.

Dussehra1.jpg

Devant le stand Handimachal :
Mayur, April, Ramneek (et son teeshirt contre la légalisation du canabis...),
Ajay, "Auntie" (Kieran devi), Laura


Dominique, le 9 octobre 2011

 


Pour comprendre:


Dussehra sur Wikipedia:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dussehra

Raja Maheshwar Singh: http://kullu.net/culture/cl112.html

 

 



Repost 0
Published by La maison des Himalayas - dans Infos projets
commenter cet article

Présentation

  • : maisondeshimalayas.over-blog.com
  • maisondeshimalayas.over-blog.com
  • : Le blog d'information de l'association française La maison des Himalayas
  • Contact