Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Excursion à Manakaman et à Chitwan 

 

"Nous n'avons pas suivi les instructions des guides, c’est trop cher de réserver un ticket au départ de Kathmandu. Nous avons pris la liaison bus normale jusqu'à Chitwan (600 rps pour deux personnes), mais on s'est arrêtés à Manakaman. Là, on prend un téléphérique (offert par la Suisse et très moderne) pour arriver à un village perché où, avant ce téléphérique il y avait peu de touristes, il fallait presque un jour et demi d'escalade... Ce village a maintenant une activité débordante. Pas de voiture, bien sûr, juste une place avec le temple hindou où on se bouscule pour les offrandes, les prières, les sacrifices.

 

Manakamana 1313-MINILa place de Manakaman
(cliquez sur la photo pour ouvrir l'album-photos correspondant)

 

La montée est très impressionnante (1,2 Km) : on croit arriver en haut de la montagne, puis on passe une vallée avant d'atteindre la montagne suivante.

 

Le hic : 3 heures d'attente pour prendre ce téléphérique (cable car) et beaucoup moins pour revenir si on sait s'y prendre ; c'est pourquoi nous sommes arrivés très tard à Sauhara (Chitwan).

 

Arrivés à Chitwan (vers 22 heures), nous marchandons un taxi pour aller en jungle (700 rps) : le chauffeur ne connaissait pas la route, après bien des détours, il nous jette dans un petit village vers 11 heures du soir : le noir total. Nous marchons dans ce chemin en s'éclairant de la petite lampe au cul de mon briquet. Tout semble fermé.

Sudhir, inquiet :

- Sir , where we sleep this night?
- I do not know, we just arrive, let me see
- Yes Sir

Il est toujours comme ça, mon Sudhir. Il est toujours d'accord, même quand il ne l'est pas. On aperçoit une lumière au loin, on presse le pas. Après 10 minutes de marche, on arrive, c'est la guérite d'un garde d'hôtel. Sachant que si je me présente, on m'annoncera un prix spécial touriste, j'envoie Sudhir demander le prix pour deux chambres. Il revient une 20 minutes plus tard, car l'hôtel est enfoncé dans la brousse d'où le manque de lumière.

- 1.000 roupies Sir
- For two rooms?
- Yes Sir
- With shower?
- No Sir, it's common shower
- Ok, we try to find  another one..
- I think we must take that....

   

Non, pas d'accord. Y'a une maison allumée là-bas, on va demander. Je frappe à la porte. Un gars viens m'ouvrir. Je lui dit qu'on est perdus, qu'on cherche un endroit pour dormir. Il me dit que son oncle possède un bungalow-hôtel, qu'il va téléphoner. Après son coup de fil, il nous demande d'attendre. Puis, un vieux avec une lampe arrive et nous demande de le suivre.

Nous remarchons une bonne demi-heure, pour arriver dans une allée, bordée de lampadaires. 100 mètres, pas plus, nous arrivons dans un genre de kiosque en bambou où apparemment le patron nous attend :

- You want to drink?
- Yes, two milk coffees please.

Je lui demande combien il nous fait ses chambres. Il me dit pour deux personnes, ça fera 2.500 rps... whooouf! Tu offres le safari avec ça, j'espère?

Non le safari c'est 1.000 rps plus les droits d'entrée, 500 rps.

Non, trop cher!


Il se défend : mais c'est des bungalows super modernes, avec douche, climatisation, moustiquaire et terrasse individuelle donnant sur la jungle. Ben oui, mais on a trouvé la même chose pour 1.000 rps. Oublie les cafés, on s'en va!

 

Je dis à Sudhir de me suivre. Le boss, un petit sourire aux lèvres, est persuadé qu'on va revenir, vue l'heure tardive. On remarche presque 20 minutes, lorsqu'on entend le petit vieux revenir et nous dire que le boss est d'accord pour 1.000 rps. On revient donc, il est presque 'une heure du matin.. Je re-commande les deux cafés et dis que je suis d'accord pour le safari à 1.500 rps (j'avais vu les tarifs sur le chemin). On arrive dans nos bungalows... c'est vrai que c'est le super luxe dans un endroit pareil.

 

Le lendemain, 7 heures : on nous réveille pour le petit déjeuner rapide car les éléphants nous attendent. Superbe salle de restaurant en forme d'hexagone, le tout en bois et déco bambou. Impressionné, je prends quelques photos. Le serveur me demande pourquoi je photographie. Je lui réponds que je dois écrire un article sur Sauhara. Le petit-déjeuner englouti, une jeep nous attend. Après 10 minutes de chemins poussiéreux, on arrive au parc où nous attendent les éléphants. Nous voilà partis.

 

Chitwan 1398-MINI

Départ de la ballade à dos d'éléphant
(cliquez sur la photo pour découvrir les autres)

 

Quelle sensation, cette bête, elle passe partout dans cette jungle qui semble inextricable. Tranquillos, il défonce tout. On doit faire attention aux branches qui pourraient nous fouetter. On ne verra pas de tigre, ni de rhinocéros, trop tard. Il savent que c'est l'heure des touristes. Il aurait fallu y aller à 6 heures ou en fin d'après-midi. Mais parfois on sent leur présence quand le cri des singes, des oiseaux et autre bestiole s'arrête. Surprenant de traverser cette forêt dans ce calme soudain. Pas longtemps, car les cris reprennent de plus belle.


Deux heures de balade merveilleuse. Difficile à décrire la vie ici, avec des arbres surprenants, dans cette brume avant le lever de soleil... des mares de boues qui arrêteraient les plus gros des 4x4 mais pas l'éléphant. On se sent en sécurité sur cet animal. Nous n'aurons pas vu de tigre mais c’est inoubliable. Au retour, le boss nous demande 1.000rps... disparues les taxes d'entrée !"

 

Ballade à Dakshinkali

 

Dakshinkali est à 20 km de Kathmandu, c'est un endroit dans les montagnes où d'un seul coup, après un trajet en zigzags, avec peu de villages, une vie grouillante se concentre autour d'un temple hindou dédié à Kali. Mêmes cérémonies, on prie, on brûle des encens, on fait la queue pour attendre son tour, on sacrifie des chèvres et des poulets à tour de bras devant Kali.  Beaucoup de marchands de toutes sortes, avec des étals très colorés. A voir de préférence le samedi.

 

Dakshinkali 1004-MINI

Puja au temple de Kali à Dakshinkali
(cliquez sur la photo pour ouvrir l'album)

  

Sur la route, on peut visiter aussi le monastère tibétain de Parping et s'arrêter sur le pont de Chobar. La légende dit que c'est à cet endroit que Manjushree a fendu la montagne de son sabre, pour apporter l'eau dans la vallée de Kathmandu.

(Tiens, ça c'est assez pratique comme méthode d'irrigation...)

 


Merci à Jackie Delespaul de nous avoir confié ses impressions de voyage et ses photos.

 

Si vous souhaitez vous aussi nous faire partager une découverte suite à un voyage dans l'Himalaya, n'hésitez pas à transmettre votre texte et vos photos  (ou un lien vers votre propre blog) à Dominique Dufau (domidufau@free.fr). Que ce blog soit aussi le vôtre !

14 janvier 2011



Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : maisondeshimalayas.over-blog.com
  • maisondeshimalayas.over-blog.com
  • : Le blog d'information de l'association française La maison des Himalayas
  • Contact